Séance du vendredi 01 septembre 2006


Le Conseil Municipal dûment convoqué en date du 28 octobre 2006
s’est réuni le vendredi 01 septembre 2006 à 18h 30
à la mairie sous la Présidence de Monsieur Le Maire, Rémy MERLE en session ordinaire.

PRESENTS : Mme Nadia RIFFAUD, M. Stéphane BERNARDEAU, Mme Nathalie VIDMAR, Mme Dominique GOUFA, M. Eric BORIE, M. Bernard COMBY
ABSENTS EXCUSES :
ABSENTS : Mme Gislaine BOUYOU
Secrétaire de séance : Stéphane BERNARDEAU

LA POSTE

Aussitôt après avoir ouvert la séance, Monsieur Le Maire a procédé comme à chaque séance, à la lecture du compte rendu de la réunion précédente, puis il a présenté la demande d'intervention du Directeur Commercial de La Poste, Monsieur Lionel MICHAUD, en demandant au Conseil s'il acceptait son intervention.
Après que le Conseil Municipal se soit prononcé favorablement pour entendre Le Directeur Commercial, nous apprenons que notre bureau de poste ne ferait, en moyenne hebdomadaire, que 8h 40 de trafic sur 23 heures d'ouverture au public.
Bien entendu ces chiffres ont immédiatement été contestés dans la mesure où ils ne sont basés que sur des critères de rentabilité, et de plus, ils émanent de La Poste et d'elle seule, donc à la fois juge et partie.
Monsieur Edgar SAULNIER, Maire de Villefagnan et animateur du Collectif pour la défense et le développement des Services Publics présent à cette réunion, après en avoir été autorisé par le Conseil Municipal, a de suite argumenté en montrant comment La Poste, pour chaque bureau de poste du Département, use de ce genre d'argument pour arriver à ses fins : que le bureau soit à la charge des collectivités. Bien sûr, Monsieur MICHAUD n'a pas cessé de répéter qu'il était impensable aujourd'hui d'imaginer une entreprise travaillant à perte. Ce à quoi Monsieur Patrick MOIMEAUX, présent et membre également du Collectif pour la défense et le développement des Services Publics, par ailleurs secrétaire Départemental CGT PTT , après en avoir été autorisé par le Conseil Municipal, chiffrait le résultat net de La Poste sur l'année 2005 à 557 M€ contre 374 M€ en 2004.
Monsieur Le Maire rappelant combien tous les services publics se dégradent : le courrier qui n'est maintenant relevé dans le milieu rural qu'au passage du facteur en fin de matinée en est un exemple, a développé la devise de la République dont les mots Liberté, Egalité, Fraternité se retrouvent parfaitement dans ces services publics : Liberté de recevoir son courrier n'importe où sur le territoire Français, Egalité de chaque citoyen devant ce service au même coût et dans les mêmes conditions, Fraternité quand les secteurs géographiques les plus « rentables » viennent compenser les secteurs géographiques déficitaires.
A certains moments des personnes dans le public intervenaient spontanément pour dire leur mécontentement face aux services postaux qui se dégradent.
En résumé, deux propositions sont amenées par le Directeur Commercial de La Poste : soit le bureau de Coulgens reste à la charge de La Poste, comme actuellement, mais alors il ne sera ouvert que 9h par semaine, soit la commune accepte de signer la convention pour que le bureau de poste de Coulgens devienne une APC (Agence Postale Communale), la commune employant la personne qui tiendra le bureau de poste et la rétribuera, et La Poste versant mensuellement 900 € à la commune.
Monsieur Le Maire fait alors remarquer que les 900 € suffisent à peine pour rétribuer normalement l'agent sur ce poste à raison de 15h par semaine au lieu de 23h, charges comprises. Dans ces conditions il s'agit bien d'une régression du service rendu à la population où d'un transfert de charges sur la collectivité locale. Il a également été souligné qu'une Agence Postale Communale ne rendait pas la totalité des services attendus par un bureau de poste.
Monsieur Le Maire a clos les débats vers 20h 15, précisant que le Conseil Municipal se prononcera lors de sa toute prochaine réunion.